Se connecter (Membres)

Login:      

Password:

                 


      Pas encore inscrit ? Créez un Compte

Echouer, c'est avoir la possibilité de recommencer de manière plus intélligente (Henry Ford)


L'Internet et les Télécommunications en Afrique

1 – Les documents concernant L'Internet

Pourquoi Internet fait-il peur a certains chefs d'Etats ?

 Coupure Internet Dictateurs
         

UNE BRÈVE HISTOIRE DE L'INTERNET

         

         

         

         

         

WACS : un nouveau câble pour sous-marin pour l’Afrique

 La Fibre en Afrique
         

L’Afrique va entrer dans l’ère numérique. Le projet WACS, West Africa Cable System, touche à son but. Le câble sous-marin de fibre optique déployé par l’opérateur MTN qui relie l’Europe à l’Afrique atteindra l’Afrique du Sud le 18 avril. Cette nouvelle connexion augmentera les capacités d’accès de l’Afrique à Internet de 23 %.

Le monde va encore rétrécir. Après le câble ACE qui relie le continent africain à l’Europe et IMEWE pour le Moyen-Orient et l’Asie, l’Afrique va connaître une véritable révolution numérique. Un autre projet d’envergure est sur le point d’être achevé. Le câble sous-marin en fibre optique, WACS (West African Cable System) long de 14 000 kilomètres qui part de Londres et qui longe la côte ouest de l’Afrique, atteindra l’Afrique du Sud le 18 avril.

MTN, l’opérateur mobile, présent dans plus de 20 pays d’Afrique et du Moyen-Orient et principal investisseur dans ce chantier, promet que ce projet devrait « catapulter l’Afrique dans l’ère numérique ». Le câble WACS est composé de fibres optiques de très haute capacité. Avec son coût de 650 millions de dollars et une capacité de 5,120 Terabits par seconde, il est aujourd’hui le plus grand projet de ce type en Afrique. Il possède 15 points de connexion le long de la côte ouest de l’Afrique dans des pays comme, la République démocratique du Congo, le Cameroun, le Nigéria et la Côte d’Ivoire. Sa mise en service devrait intervenir au deuxième trimestre.

En augmentant les capacités d’accès du continent africain à Internet de 23 %, MTN entend contribuer à faire entrer ses habitants dans le village global. Un défi de taille lorsque l’on sait que le taux de pénétration d’Internet est inférieur à 1 %.

Source : https://www.degroupnews.com/international/internet-fibre_optique-afrique-mtn-reseau

         

         





 

1 - Sur le plan politique et social





2 – Les documents concernant Les Télécommunications

Révélation Snowden : l’Afrique et les télécoms sous surveillance massive



         

Rwanda: l’accès à Internet 4G déjà disponible dans 487 bus à Kigali ( lundi, 22 février 2016 08:03 )

(Agence Ecofin) - Les habitants de Kigali, habitués à emprunter les bus de transport en commun pour leurs déplacements dans la capitale, pourront désormais agrémenter leurs voyages d’un accès à Internet 4G. Le service a en effet été introduit dans 487 voitures, renseigne le site d’informations rwandais Focus. Pour cette phase test qui a été lancée le 18 février 2016, trois sociétés de transport en commun ont été retenues : Kigali Bus Services, Royal Express et Rwanda Federation of Transport Cooperatives (RFTC). L’accès à Internet 4G sera ensuite élargi à tous les bus de transport public. Au cours de la cérémonie de lancement du service Internet 4G dans le bus, Jean-Philbert Nsengimana, le ministre de la Jeunesse et TIC, a déclaré que l’accès à Internet se fera sans supplément. Il a également exhorté les passagers à se plaindre si le service n’est pas accessible. «L’Internet dans les bus donnera aux personnes la possibilité de rester en contact avec leurs amis et de faire des affaires quand ils voyagent. Ce projet sera bientôt élargi à 14 districts où la couverture des services 4G est effective. Le service actuel est fourni dans le cadre de l’initiative Smart Kigali, un pan de la stratégie de villes intelligentes. Nous prévoyons également une initiative Smart Village pour assurer que chaque Rwandais puisse accéder à Internet », a expliqué le ministre de la Jeunesse et des TIC. Pour Vianney Mugabo, le maire de Kigali que cite Focus, la connexion Internet dans les bus offrira des avantages réels pour les personnes en déplacement en termes de continuité d’activité, de divertissement et de communications. L’idée d’introduire l’accès à Internet dans le transport en commun à Kigali date de l’année dernière. Le test avait été effectué dans 300 bus. Mais les propriétaires des véhicules et les usagers s’étaient plaints que le service ne fonctionnait pas correctement. Télécom : un Togolais bouleverse le monde de la téléphonie

         

Une technologie qui permet de distribuer les services de téléphonie, Internet et images, sans recourir au moindre câblage. C’est l’étonnante invention d’un Togolais de la diaspora africaine en France, Victor Kossikouma Agbégnénou. Son pari: le téléphone pour tous, accessible partout, et parfois gratuit en appel local.

Une invention a vu le jour, grâce à un Africain, et promet des lendemains meilleurs pour le continent noir.

Il s’agit d’ un système de communication polyvalent sans fil, le PWCS ( Polyvalent Wireless Communication Systems). Une technologie étonnante qui permet, à partir d’une connection haut débit satellitaire, de distribuer les trois services de téléphonie, internet et images, sans recourir au moindre câblage. Le pari de l’inventeur: le téléphone pour toutes les bourses, accessible partout, et parfois gratuit en appel local. Ce sera le téléphone des peuples, peut-être du siècle. Une création 100% africaine qui va désenclaver les zones reculées et rétrécir la disparité numérique entre riches et pauvres. Même certaines villes et campagnes dans les pays développés en ont bien besoin.

L’Afrique d’abord

Cette invention est une oeuvre du laboratoire Ka-Technologies, grâce à l’ingéniosité et à dix années de recherche de son directeur, un Togolais de la Diaspora africaine en France,Victor Kossikouma Agbégnénou. Ce génie africain est sur le point de bousculer les idées reçues, l’ordre mondial de la technologie. A son sujet, le rédacteur en chef d’un magazine français d’informatique souligne avec enthousiasme qu’habituellement, c’est le Nord qui produit et le Sud consomme. Le PWCS vient transformer cette voie à sens unique et, lorsqu’il sera opérationnel, sera un moyen de construire plus de ponts que de murs entre les peuples.

Rien ne prédisposait ce Togolais, la quarantaine, à devenir le père du système de télécommunication le plus ambitieux de ce début du 21ème siècle. Il est Vétérinaire de formation, diplômé de l’Académie de Moscou et de l’Ecole Supérieure de Maisons-Alfort en France. Ce docteur des animaux, déjà dépositaire de quatre brevets d’invention dans le domaine médical, a de quoi être fier de sa nouvelle trouvaille en télécom, le “PWCS.” Il montre à la face du monde que la thèse répandue selon laquelle des tares pèsent sur les épaules des noirs, les empêchant d’inventer, de retrouver leur situation antique des civilisateurs de l’humanité, est un mensonge sacré, un apât de type raciste.

Un pari difficile…

Le génie secourable, Docteur Kossikouma Agbégnénou, s’est vu proposer par des américains et suisses, le rachat de son brevet contre des millions de dollars. Mais il leur oppose un refus, son souci premier étant de privilégier le continent. “Ils sont venus me voir dans mon labo situé au sous-sol d’un immeuble sur l’avenue des Champs Elysées à Paris. Après de longues heures de discussions tendues, confie t-il, je leur ai dit que même si je dois vendre la license, ce sera assorti d’une condition indiscutable, celle qu’ils acceptent d’exploiter le produit partout ailleurs dans le monde, à l’exception de l’Afrique, me laissant ainsi le droit de traiter en personne avec le continent noir”. Mais face à l’intransigeance de ses visiteurs qui tenaient à retourner à tout prix à New York avec le brevet, l’inventeur a mis fin au deal : “Vous savez, je suis déjà dans une cave, je ne peux pas descendre plus bas”. Affaire close.

Ce rejet, inhabituel, n’est pas le plus facile des gestes à accomplir. “L’Afrique d’abord, Kossikuma après”, tel est le leitmotiv de cet homme dont le sens de l’intérêt général est sans commune mesure avec les habitudes courantes. Son pays d’origine, le Togo, est souvent cité comme un cas de corruption. Beaucoup d’autres sur le continent souffrent atrocement du même fléau. La terre qui l’a adopté, la France, n’est pas des plus vertueuses non plus. D’où alors Dr Agbégnénou tient-il cette intégrité morale et son détachement par rapport à l’argent ?

… Mais pas impossible

Le produit est prêt pour passer à sa phase industrielle. Mais l’Afrique qui a toujours plus d’un tour dans son sac semble lui réserver un sort pour le moins cocasse. Après plusieurs va-et-vient sur le continent, l’inventeur fait l’amère constat que les autorités africaines sont paradoxalement réticentes à ouvrir les espaces nationaux et à accorder les autorisations officielles nécessaires.

Docteur Victor Agbégnénou, loin de baisser les bras, continue de se battre bec et ongles pour forcer la main aux décideurs, afin que soit rendu opérationnelle sa technologie de pointe qui, selon les experts, a 30 (trente) ans d’avance sur les occidentaux. Dans cette histoire, on peut dire que Mère-Afrique, une fois encore, voit certains de ses propres enfants combattre ses intérêts supérieurs, au profit de riches commerçants étrangers.

Au nom de la fierté africaine

C’est peut-être le lieu d’en appeler à une forte mobilisation de tout ce que regorge encore le continent comme hommes de valeurs, des personnalités dont l’opinion compte ( Kofi Annan, Joaquim Alberto Chissano, Alpha Oumar Konare,Olusegun Obasanjo), le conseil des sages de l’UA, la Fondation Mo Ibrahim, les élites africaines de la diaspora afin qu’ils accompagnent la promotion de ce produit stratégique auprès des décideurs politiques du continent. Le “PWCS” fait certainement partie des symboles palpables de la renaissance africaine et de l’indépendance dont il est abondamment fait mention ces derniers temps.C’est aussi un apport non négligeable au combat contre la fracture numérique dont le beau continent est la plus grande victime.

Source : http://www.penseesnoires.info/2011/03/16/telecom-un-togolais-bouleverse-le-monde-de-la-telephonie/

         



3 - Comment envisager l'Avenir de l'Afrique et des Africains ?

          En France, je n 'avais aucune valeur. Aux Etats-Unis,je me sui...           Dadis Camara avait dit aux occidentaux que s'ils n'acceptent pas d'aider l'Afrique et d'arrêter de continuer à favoriser les guerres durant des années sur notre continent, ils ne pourront jamais manger seul ce qu'ils ont volé car un moment d'immigration viendra et les africains iront les emmerder et ils ne pourront rien faire contre !!